Ancienne Cordonnerie

Midi Libre - Boujan-sur-Libron - À l'Ancienne Cordonnerie, une viticulture bio

Qu'est-ce qui vous a poussé a relevé ce défi ?

Amateur de vins, j'ai commencé par en commercialiser en région parisienne, où j'étais jusque-là éducateur sportif depuis près de vingt ans.

Puis tout naturellement, le vin est devenu une évidence. En 2005, j'ai acheté ma première parcelle de vigne à Boujan, village où j'ai passé une partie de mon enfance. Et en 2008, je m'y suis installé pour tenter l'aventure. Au-delà de la passion et d'une histoire familiale marquée par le monde viticole, le vin est pour moi une véritable culture : celle des rapports humains, de la convivialité, du travail et du respect de la nature.

 Pouvez-vous nous parler de votre domaine, l'Ancienne Cordonnerie ?

Je travaille 3,65 hectares situés sur les hauteurs de Boujan, sur un terroir fait de galets. Ce n'est pas une terre riche. Ma production est de l'ordre de 6 000 à 8 000 bouteilles.

En ce moment, j'ai trois vins à la vente : la cuvée Yec'hed mad ('Bonne santé' en breton), rouge, 100 % syrah ; la cuvée Talon Aiguille, en rouge vieux carignan ; la cuvée Maxence, en blanc et vendange tardive.

Une partie de mon raisin est en partie vendue sur pied à une cave, l'autre est vinifiée et vendue en direct et à une clientèle de restaurants et cavistes de la région parisienne. Mes installations et le caveau de vente se situent au cœur du vieux village, en lieu et place de l'ancienne cordonnerie de mon grand-oncle, François Domenech.

Comment travaillez-vous sur votre exploitation ? Qu'est-ce qui vous permet d'afficher une production bio ?

Je travaille la terre comme mes grands-parents, avec un minimum de mécanisation, des petits rendements. Les vendanges sont manuelles.

Le raisin conditionné en cagette ou en comporte est transporté et pressé dans un ancien pressoir et rentré dans les cuves à la main.

En tant que viticulteur bio, j'ai un cahier des charges avec la liste des produits à ne pas utiliser comme les pesticides, les engrais chimiques, les désherbants. L'agriculture biologique est basée sur la prévention et l'observation. Toutes les semaines, je vais surveiller les vignes. Le fait de ne pas utiliser de désherbant permet à la faune biologique de se mettre en place. La biodiversité permet à la vigne de s'auto-réguler. Le respect de la nature est une valeur essentielle pour moi.

 

Vendanges 2010

Logo ABlogo bio européen